Comment faire régner la cyberpaix

Québec Science, 5 juin 2023, Karine Pontbriand

Entrevue de Karine Pontbriand, professeure à l’Université Deakin (Australie) et chercheure au sein du Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) pour le magazine Québec Science.

Extraits :

« Si tu veux la paix, prépare la guerre. » La professeure en cybersécurité Karine Pontbriand prend cet adage à la lettre. Elle souhaite que nous nous armions pour le prochain champ de bataille : le cyberespace.

Ils ont beau faire moins de bruit que les bombes et les chars d’assaut, les conflits politiques qui se déroulent en ligne n’en sont pas moins inquiétants. Il y a bien sûr la Russie contre l’Ukraine, la Chine contre Taiwan et le Maroc contre l’Algérie, mais aussi la Corée du Nord, qui se finance grâce aux attaques informatiques… Le concept est désormais bien concret.

Si bien que la Croix-Rouge veut qu’un emblème numérique soit créé pour protéger ses systèmes informatiques et ceux des centres médicaux partenaires, en vertu du droit international humanitaire, tandis que les spécialistes des États membres de l’OTAN se réunissent annuellement pour simuler les pires attaques et les surmonter. À une époque où nos infrastructures essentielles sont de plus en plus numériques, la question devient en effet pressante.

Professeure à l’Université Deakin, en Australie, la Québécoise d’origine Karine Pontbriand est spécialiste en cybersécurité. Avec le directeur du Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité de l’Institut d’études internationales de Montréal, Claude-Yves Charron, elle a codirigé l’essai Préparer la cyberpaix, qui sera publié à la fin mai. Nous l’avons rencontrée.

***

Québec Science : Vous publiez un livre sur la cyberguerre et son pendant plus positif, la cyber­-paix. Pourquoi aborder ce sujet ? cybersécurité, mais l’ensemble des questions politiques qui se déroulent en coulisse y est peu développé.

Les États utilisent de plus en plus le cyberespace comme outil pour faire avancer leurs intérêts au détriment de la sécurité de cet espace vital dans le fonctionnement de nos sociétés modernes. Pourtant, nous sommes tous interconnectés dans cet espace transfrontalier : une cyberattaque en Europe de l’Est peut avoir des répercussions jusqu’en Amérique du Nord. Les États

Karine Pontbriand : La question de la cyberguerre est encore peu couverte par la recherche, surtout francophone. Dans les médias, on entend souvent parler de cyberattaques et de n’ont donc pas le choix de collaborer pour essayer de stabiliser le cyberespace et de limiter les effets négatifs des attaques.

Pour lire la suite

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !