Colombie: des intérêts divergents pour une guerre sans fin

No 03. Avril 2003, 1 avril 2003, François Audet

Bien que la Colombie soit l’une des plus anciennes démocraties d’Amérique latine et qu’elle possède une forte économie, ce pays est l’un des plus violents au monde avec quelque 30 000 victimes par année, dont 3 000 à 6 000 sont directement la cible du conflit armé. De plus, on compte annuellement 3 000 enlèvements et disparitions de toutes sortes. En fait, la société colombienne subit une guerre civile depuis près de 50 ans. Ce conflit a débuté bien avant l’avènement des cartels et autres producteurs de cocaïne. Le tout a été amorcé en 1948 avec l’assassinat du charismatique dirigeant du Parti Libéral Jorge Eliecer Gaitan. Cet événement a engendré un violent conflit entre les deux principaux partis, les Libéraux et les Conservateurs, faisant plus de 300 000 morts. C’est seulement à la fin des années 1950, suite à un bref intervalle militaro-autoritaire, qu’une paix partielle fut instaurée grâce à l’alliance entre les deux grands partis. L’union ainsi formée avait convenu de s’échanger le pouvoir tous les 4 ans, pour une période de 16 ans. Cette coalition, nommée Frente Nacional (« Le Front National »), excluait tous les autres partis politiques. En réaction à cette union incestueuse, différents groupes armés de type « guérilla » ont émergé. Les groupes les plus importants nés de ces circonstances sont le FARC (Front Armé Révolutionnaire de Colombie), fortement influencé par la révolution cubaine, ainsi que l’ELN (l’Armée de la Libération Nationale). À l’époque de leur fondation, ces deux mouvements de gauche étaient engagés dans la libération de territoires et prônaient l’équité sociale. (Suite dans le document joint)

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !