Caravane Ayotzinapa à Montréal organisée par le Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL) en collaboration avec le Réseau d’études latino-américaines de Montréal (RELAM) et la Chaire Nycole Turmel sur les espaces publics et les innovations politiques

Ayotzinapa: crise de droits, complicités d’État

mercredi 22 avril 2015 de 18h00 à 21 h, Salle AM-050, UQAM, 14 avril 2015

Les déléguéEs invitéEs, un étudiant de l’École normale rurale d’Ayotzinapa, une mère d’un des étudiants disparus et un représentant juridique des familles des étudiants disparus présenteront leurs témoignages lors d’une conférence publique à l’UQAM. La conférence publique avec les témoignages des déléguéEs invitéEs d’Ayotzinapa et la participation de Pierre Beaucage, professeur émérite au Département d'anthropologie de l'Université de Montréal, membre du RELAM et de la Chaire Nycole Turmel (Salle A-M050). Pour informations additionnelles et inscriptions voir: https://www.weezevent.com/ayotzinapa-crise-de-droits-complicites-d-etat http://www.evenements.uqam.ca/?com=detail&eID=599518 https://www.facebook.com/events/827287257346292/

Des organisations québécoises et canadiennes de solidarité et de droits humains organisent présentement une « Caravane d’Ayotzinapa à Ottawa » (http://makemexicosafe.ca/ayotzinapa2ottawa/). Les déléguéEs invitéEs, un étudiant de l’École normale rurale d’Ayotzinapa, une mère d’un des étudiants disparus et un représentant juridique des familles des étudiants disparus présenteront leurs témoignages lors d’une conférence publique à l’UQAM.

Le 26 septembre 2014, des forces armées mexicaines ont attaqué un groupe d’étudiants de l’École normale rurale « Raul Isidro Burgos » à Ayotzinapa, dans l’État de Guerrero, tuant six personnes et causant la disparition de 43 autres étudiants. Le gouvernement fédéral a été lent à enquêter et a fait trop peu, trop tard pour retrouver les étudiants disparus et pour traduire en justice les responsables d’un crime qui a levé le voile sur une grave crise des droits humains au Mexique.

Mercredi 22 avril 2015

3 ateliers simultanés et une conférence publique

(L’inscription aux ateliers est requise, svp suivez le lien pour réserver votre place: https://www.weezevent.com/ayotzinapa-crise-de-droits-complicites-d-etat )

09h00 – 21h00 expositions de caricature politique et performance à l’agora du pavillon Judith Jasmin

14h00 – 14h30 Bienvenue et registre

14h30 – 17h30 Ateliers simultanés

(En espagnol et français avec traduction chuchotée)

Disparitions forcées et démocratie. Avec la participation de Hilda Legideño Vargas, mère d’un étudiant disparu et de Anahi Morales Hudon, postdoctorante à la Chaire Nycole Turmel sur les espaces publics et les innovations politiques. L’animation sera assurée par Nora Nagels, professeure au Département de science politique de l’UQAM et membre du comité executif du Réseau d’études latino-américaines de Montrél (RELAM) (salle A-3316).

Impunité, corruption et violence d’État. Avec la participation de Vidulfo Rosales Sierra, représentant légal des familles des étudiants disparus et de Julian Durazo Hermann, directeur du Département de science politique de l’UQAM, membre du RELAM et de la Chaire Nycole Turmel. L’animation sera assurée par Phillippe Dufort professeur au Programme d’études de conflit à l’université Saint Paul (Salle A-1340).

Mouvements d’étudiants et austérité : les cas des écoles normales rurales au Mexique. Avec la participation de Jorge Luis Clemente Balbuena, étudiantà l’École normale rurale d’Ayotzinapa et de Valeria Sánchez Michel, professeure invitée à la Chaire Nycole Turmel. L’animation sera assurée par Daviken Studnicki-Gizbert, professeur au Département d’histoire et d’études classiques à l’université McGill, membre du RELAM(Salle W-3245).

18h00 – 21h00 Conférence publique avec les témoignages des déléguéEs invitéEs d’Ayotzinapa et la participation de Pierre Beaucage, professeur émérite au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal, membre du RELAM et de la Chaire Nycole Turmel (Salle A-M050).

Performance Ayotzinapa de Inti Barrios.

(Conférence en espagnol avec traduction simultanée en français et anglais).

Organisé par le Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL), en collaboration avec le Réseau d’études latino-américaines de Montréal (RELAM) et la Chaire Nycole Turmel sur les espaces publics et les innovations politiques. Avec l’appui de Fulbright Canada, l’IEIM, le Département de sociologie de l’UQAM, la Coalition québécoise sur les impacts socio-environnementaux des transnationales en Amérique latine (QUISETAL), L’Entraide missionnaire, McGill Research Group Investigating Canadian Mining in Latin America (MICLA).

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !