Bruno Sarrasin

En plus d’une maîtrise en science politique de l’Université du Québec à Montréal (1995) et d’une maîtrise en administration publique de l’École nationale d’administration publique (1999), Bruno Sarrasin détient un doctorat en science politique de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2002). Professeur au département d’études urbaines et touristiques depuis 2002, il a aussi occupé la fonction de directeur de la revue de recherche en tourisme Téoros jusqu’en 2008. Il est actuellement Directeur des programmes de 1er cycle en gestion du tourisme et de l’hôtellerie et Directeur de la collection Tourisme aux Presses de l’Université du Québec. Ses travaux portent sur l’économie politique du développement, particulièrement en Afrique subsaharienne ; la sociologie politique des politiques publiques, principalement dans le domaine de la protection de l’environnement et l’analyse sociopolitique, la prévision et la prospective du phénomène touristique.

Publications

Livres

Sarrasin, B. (2012), Environnement et développement à Madagascar. Du plan d’action environnemental à la mise en valeur touristique des ressources naturelles, Paris, Karthala, 288 p.

* Laforce, M., B. Campbell et B. Sarrasin (dir.) (2012), Pouvoir et régulation dans le secteur minier. Leçons à partir de l’expérience canadienne, Québec, Presses de l’Université du Québec (PUQ), 277 p. [codirection de la recherche, coordination et rédaction]

Morisset L., Sarrasin B. et Éthier G. (dir.) (2012), Épistémologie des études touristiques, Québec, Presses de l’Université du Québec, 231 p. [codirection de la recherche, coordination et rédaction]

Lequin, M. et B. Sarrasin (dir.) (2008), Tourisme et territoires forestiers. Vers de nouvelles perspectives de mise en valeur, Québec, PUQ, 250 p. [codirection de la recherche, coordination et rédaction]

Chapitres de livres

Sarrasin, B. (2014), « Ecotourism, Poverty and Resources Management in Ranomafana », dans Meyer-Arendt, K. et A. A. Lew, Understanding Tropical Coastal and Island Tourism Development, London, CABI, p. 324-339.

Sarrasin B. (2014), « L’écotourisme à Madagascar: les conditions d’un blocage annoncé », dans J.-M. Furt et C. Tafani (dir.), Tourisme et insularité. La littoralité en questions, Paris, Karthala-LISA, p.221-235.

Sarrasin B. et Breton M-E. (2012), « Pouvoir et tourisme : la contribution de la science politique à l’analyse du tourisme », Morisset L., Sarrasin B. et Éthier G. (dir.), Épistémologie des études touristiques, Québec, PUQ, p. 71-86. [coordination et rédaction de 80% du contenu]

* Campbell, B. et Sarrasin B. (2012), « Introduction », dans Laforce M., Campbell B. et Sarrasin B. (dir.), Pouvoir et régulation dans le secteur minier. Leçons à partir de l’expérience canadienne, Québec, PUQ, p. 1-8. [rédaction de 50% du contenu]

Sarrasin B. et Tardif J. (2011), « Économie politique de l’écotourisme au Cambodge : de la conservation des ressources naturelles à la croissance économique », dans Breton J.-M. (dir.), Tourisme durable et patrimoines. Une dialectique développementale?, Paris, Karthala-CREJETA, p. 271-288. [coordination et rédaction de 50% du contenu]

Priskin, J. et Sarrasin B. (2010), « France and Francophone Nations », dans Buckley, R., Conservation Tourism, London, CABI, p. 110-124. [rédaction de 50% du contenu]

Sarrasin B. et Ramahatra, H. (2010), « La valorisation des espaces naturels et les enjeux de développement : le sud-est de Madagascar – convergence ou divergence? », dans Gagnon, C. (dir.), L’écotourisme visité par les acteurs territoriaux. Entre conservation, participation et marché, Québec, PUQ, p. 229-248. [coord. et rédaction de 50% du contenu]

Sarrasin, B. (2010), «Développement minier et protection de l’environnement à Madagascar», dans Bonnie Campbell (dir.), Ressources minières en Afrique. Quelle réglementation pour le développement?, Québec, PUQ, Centre de recherche pour le dévelppement international et Nordiska Afrikainstitutet, p. 143-174.

Sarrasin B. (2009), « Environnement, développement et lutte contre la pauvreté à Madagascar. La place de l’écotourisme et les limites d’un modèle », dans Lemasson, J.-P. et P. Viollier (dir.), Destinations et territoires. Tourisme sans limites, Montréal, Éditions Téoros et PUQ, p. 151-160.

Sarrasin B. (2009), « Mining and the Protection of the Environment in Madagascar », dans Campbell, B. (dir.), Mining in Africa. Regulation and Development, London et New York, Pluto Press, International Development Research Center et Nordiska Afrikainstitutet, p. 150-186.

Jolin, L. et Sarrasin, B. (2009), « Montréal, ville touristique accessible? », dans Delorme, P. (dir.), Montréal, aujourd’hui et demain. Politique, urbanisme, tourisme, Montréal, Liber, p. 311-322. [rédaction de 30% du contenu]

Sarrasin B. et Tardif J. (2008), « L’économie politique des aires protégées en Russie. Le développement de l’écotourisme au lac Baïkal », dans Lequin M. et B. Sarrasin (dir.), Tourisme et territoires forestiers. Vers de nouvelles perspectives de mise en valeur, Québec, PUQ, p. 83-110. [coordination et rédaction de 50% du contenu]

Articles de revues scientifiques

Sarrasin B., Renaud L. (2014), « Quel tourisme pour Haïti : de la résilience à l’émergence d’une nouvelle destination ? », Études caribéennes, no 27, avril, p.1-15. [coordination et rédaction de 50% du contenu]

Sarrasin B., Ramahatra H. (2013), « Le développement touristique à Tolagnaro et dans le Parc national d’Andohahela (Madagascar): la mise en valeur des ressources naturelles par la lutte contre la pauvreté », Études caribéennes, no 24-25, avril-août, p. 1-19. [coordination et rédaction de 50% du contenu]

Sarrasin B. (2013), « Ecotourism, Poverty and Resources Management in Ranomafana, Madagascar », Tourism Geographies, vol. 15, no 1, p. 3-24.

Sarrasin B., Arseneault P. et Boivin M. (2013), «Les voyageurs québécois et ontariens dans la Caraïbe. Analyse exploratoire de leurs motivations», Transfert, no 2013.1, p.8-23.

Sarrasin, B., J. Tardif, et G. Arreola Flores (2012), « Tourisme et lutte contre la pauvreté : de la confusion des termes à la construction d’un discours scientifique? », Téoros, vol. 31, no 1, p.51-59. [coordination et rédaction de 50% du contenu]

Sarrasin B., Tardif J. (2012), « Ecotourism and Natural Resources in Dominica. Co-Management as an Innovative Practice », Téoros, special issue, p. 85-90. [rédaction de 50% du contenu]

Sarrasin B. (2009), « La gestion locale des ressources naturelles renouvelables (GELOSE) : l’expérience malgache de gestion décentralisée de l’environnement », Études Caribéennes, no12, p. 217-234.

Publications et activités

Partenaires

Banque Scotia Ministère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !