Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance sécuritaire des corps, la mobilité et les frontières (GSCMF)

Anne-Marie D'Aoust, titulaire

L’ambition première de la CRC en gouvernance sécuritaire des corps, de la mobilité et des frontières est la production de nouvelles connaissances interdisciplinaires, empiriques, théoriques et normatives sur les transformations de la sécurité, la gouvernance des mobilités et les inégalités sexuelles et identitaires, des domaines au cœur de la politique mondiale trop souvent étudiés en silos.

En cherchant à analyser comment les corps des personnes en déplacement (pour des raisons de voyage ou de migration) sont appréhendés à la frontière au nom d’une gouvernance sécuritaire, les travaux de la Chaire aspirent à mieux comprendre les multiples significations données au corps dans le cadre d’une mobilité transnationale lorsqu’ils sont identifiés, que ce soit par des personnes ou des systèmes informatiques. Elle interroge ainsi plus spécifiquement les effets discriminatoires des pratiques de gouvernance et les infrastructures légales et administratives qui sont créées ou mobilisées pour exercer cette gestion sécuritaire qui en vient à rendre possible ou à empêcher la mobilité des corps.

L’originalité de la Chaire réside dans son objectif d’analyser les implications politiques, théoriques et empiriques de la gestion de la mobilité internationale impliquant des corps sexués, genrés, racisés et donnéifiés (datafied) appréhendés par un appareillage sécuritaire visant à minimiser les risques. Les travaux de la chaire nourriront trois axes de recherche structurants qui permettront d’approfondir de manière complémentaire les mécanismes, les effets et les infrastructures à l’oeuvre dans l’appréhension sécuritaire des corps effectuée lors des passages transfrontaliers.

Les travaux de la Chaire s’inscrivent dans le cadre théorique de la gouvernementalité, avec une sensibilité féministe intersectionnelle (c.-à-d. qui prend en compte la race, le genre, la classe sociale et l’âge) et une préoccupation pour la justice sociale. Ils permettront 1) de documenter les impacts différenciés que la sécurisation des mobilités transnationales implique sur les corps transitant par la frontière; 2) de mettre en lumière le caractère multidimensionnel (p. ex.: sexualisation, genrification, racisation et donnéification) des corps qui résulte de cette gouvernance sécuritaire; et 3) d’analyser le rôle du droit agissant comme une infrastructure qui régit le contrôle transfrontalier des corps en déplacement.

Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance sécuritaire des corps, la mobilité et les frontières (GSCMF)

Anne-Marie D’Aoust
Département de science politique
315, rue Ste-Catherine Est
Pavillon des Sciences de la gestion
Local R-3490
Montréal (Québec)  H2L 2C5

https://gscmf.uqam.ca/fr/

Publications et activités

L’IEIM accueille trois nouvelles unités membres : GSCMF, OIAAC et COLIBEX

Anne-Marie D’Aoust, Mehran Ebrahimi et Maryse Potvin se joignent au Comité scientifique de l’IEIM ainsi qu’à son Conseil d’Institut, 22 avril 2024

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !