Gouvernance globale de l’environnement et de l’énergie (GGEE)

Les questions environnementales et énergétiques constituent désormais une thématique majeure des conflits-coopérations internationaux. Elles mobilisent les efforts des États, de la société civile, et du milieu des affaires (entreprises) en vue d’élaborer des régulations axées sur la soutenabilité économique et sociale des systèmes de production, d’échange et de consommation. La communauté internationale s’est fixée, dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques, l’agenda de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de prendre des mesures pour s’adapter aux effets du changement climatique.. Cela soulève des enjeux de gouvernance globale relatifs à :
– la forme et substance de la transition énergétique vers une société sobre en carbone;
– l’élaboration d’un régime international de lutte contre les changements climatiques dans le cadre du processus onusien de négociation au sein de la CCNUCC et aux enjeux de puissance et de richesse afférant à cette négociation;
– l’articulation des différents niveaux de gouvernance et aux complémentarités entre les différents accords internationaux de régulation de la biosphère;
– la sécurité énergétique, environnementale et économique des populations les plus vulnérables, en particulier.

Par ailleurs, les transformations induites par ce passage à une économie et une société à faible intensité carbone sont de nature à transformer des aspects importants de l’économie politique internationale et de la mondialisation économique, à savoir :
– des changements au plan des structures industrielles et des chaînes de valeurs autour de ce qu’il est convenu d’appeler « l’économie verte » (modifications des flux d’investissements au bénéfice de certains secteurs de l’économie et au détriment d’autres; transformation des chaînes de valeurs et réduction de l’empreinte carbone des entreprises);
– un recours plus systématique à la réglementation et à l’intervention de l’État;
– une confrontation entre deux types d’économies et de développement (économie « verte » vs « économie brune »).

Par ses collaborations et projets, l’initiative de GGEE cherchera à appréhender et à mieux comprendre ces transformations au cœur des dynamiques globales contemporaines.

Publications et activités

Le capitalisme est-il en mesure d’apporter une réponse aux défis du changement climatique ?

Mercredi 27 mars 2013 à 12h30, local A-1715, UQAM

Mondialisation et changements climatiques. Conflit de paradigme ou soutien mutuel ?

Mardi 19 fevrier 2013 à 12:30, Local A-3316, UQAM

| Hugo Séguin

Changements climatiques et transformations de l’économie politique internationale – retour sur la conférence de Doha

Mardi 18 décembre 2012 à 12h30, UQAM

Partenaires

Banque Scotia Ministère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !