Dans le cadre de la série Le monde aujourd'hui

Activités minières au Canada et en Afrique : enjeux de régulation, de légitimité et responsabilité

Jeudi 25 mars 2021, de 18h à 19h30, en ligne

Activités minières au Canada et en Afrique : enjeux de régulation, de légitimité et responsabilité

Conférencière :

Bonnie Campbell, (M.A., D.Phil, University of Sussex), est professeure émérite au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal où elle a enseigné l’économie politique pendant de nombreuses années. Mme Campbell est membre du Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) et elle a dirigé (2011-2017) le Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS).

Présentateur :

Issiaka Mandé est professeur au Département de science politique de l’UQAM, ainsi que membre et co-fondateur du Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI).

Pour comprendre les enjeux, controverses et dérapages qui caractérisent ce secteur et les défis qui persistent dans les efforts de trouver des solutions, une mise en perspective historique du modèle « extractiviste » au Canada s’impose.

La présentation débutera avec un bref retour sur la place du secteur minier dans l’économie politique canadienne et sur les normes, principes, règles, procédures et les rapports asymétriques de pouvoir qui caractérisent ce modèle. Pour comprendre l’expansion du secteur au niveau international et qui font du Canada une plaque tournante pour l’investissement minier mondial, une série de facteurs seront considérés.

D’une part, les politiques du Canada en matière de promotion des intérêts économiques et commerciaux canadiens et d’autre part, les conditions particulières de la libéralisation du secteur minier à partir des années 1980-1990 dans des pays riches en minerais, dont plusieurs se retrouvent sur le continent africain.

Le résultat consiste en :

  • l’introduction d’un modèle minier très libéralisé,
  • la redéfinition du rôle de l’État, accompagnée souvent par une faible capacité à assurer la mise en œuvre des mesures adoptées,
  • la traçabilité et
  • la transparence dans la gestion des recettes minières.

Des exemples précis de certaines conséquences de la politique canadienne et de la présence des investissements miniers en termes d’impacts environnementaux et sociaux seront présentés au cours de cette conférence. Et en réponse, Mme Campbell évoquera les stratégies de responsabilité sociale des entreprises (RSE) mises de l’avant pour regagner une légitimé pour leurs activités ainsi que les enjeux que soulèvent ces stratégies.

La conférencière conclura avec des pistes de solutions que préconisent des instances à différents niveaux en Afrique sur les façons d’assurer une plus grande transparence et un meilleur partage des retombées parmi les populations des pays concernés. Au Canada, des débats persistent sur la façon de garantir une plus grande responsabilité et imputabilité des compagnies minières canadiennes en Afrique et ailleurs.

La conférence durera environ 60 minutes et sera suivie d’une période de questions de 30 minutes.

L’animation du clavardage et la modération de la conférence seront assurées par Quentin Wallut, doctorant en science politique.

C’est un rendez-vous le jeudi 25 mars 2021 à 18 h, pour une conférence gratuite, en Webdiffusion.

Pour plus d’information et vous y inscrire.

Consultez aussi le site internet de la Formation continue de l’UQAM.

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !