Accaparements massifs de terres, genre et moyens de subsistance

Jeudi 15 mai 2014 de 12h30 à 14h, UQAM

dzodzi_tsikata.mp3 Depuis 2008, on observe une montée d’acquisitions ou d’accaparements massifs de terres dans des pays à faible et à moyen revenu à travers le monde. Cette présentation examinera les effets de ces transactions foncières sur les rapports de genre et les réponses qui sont apportées, en s’appuyant sur l’introduction d’un numéro spécial récemment publié dans la revue Feminist Economics et intitulé Land, Gender and Food Security, dirigé par la conférencière en collaboration avec Cheryl Doss et Gale Summerfield (2014). Les principales contributions des neuf articles de ce numéro spécial peuvent se résumer en trois points. Le premier s’intéresse aux différentes façons de conceptualiser les enjeux liés à l’analyse du genre, que ce soit en critiquant les cadres analytiques actuels ou en proposant de nouveaux cadres conceptuels. Le second démontre l’utilité des recherches fondamentales sur les inégalités de sexe en termes de propriété foncière et de systèmes de production agraire afin de mieux comprendre les implications des récentes acquisitions de terres sur les rapports de genre. Voici quelques-uns des enjeux traités : dans quelle mesure les droits fonciers et l’établissement d’un registre et de titres fonciers équitables au point de vue du genre protègent-ils les intérêts des femmes; le potentiel du droit coutumier dans la protection des intérêts des femmes; et les effets cumulatifs au niveau micro des accaparements de terres depuis la période coloniale. Enfin, plusieurs des études de cas regroupées dans ce numéro spécial étudient les effets des nouvelles acquisitions de terres à grande échelle sur les femmes et portent une attention particulière sur les effets de l’accaparement de terres et de la perte de ressources foncières communes sur les activités liées aux moyens de subsistance, l’emploi, le travail reproductif et le statut social des femmes. On peut en tirer trois principales conclusions : la littérature sur le genre et la propriété foncière est pertinente afin de mieux comprendre les effets potentiels des transactions foncières; certains enjeux liés aux transactions foncières vont au-delà des obstacles à l’égalité hommes-femmes et sont davantage liés aux problèmes de dépossession et de perte des moyens de subsistance de manière générale; et enfin, plusieurs lacunes demeurent quant aux connaissances acquises en matière de genre et de droits fonciers, lacunes qui méritent urgemment d’être prises en compte en adoptant systématiquement une analyse de genre dans la recherche dominante. Dzodzi Tsikata, actuellement chercheure en résidence O’Brien au Centre for Human Rights and Legal Pluralism à l’Université McGill, est professeure associée à l’Institute of Statistical, Social and Economic Research (ISSER) de l’Université du Ghana. Ses recherches portent principalement sur les questions de genre et les politiques et pratiques de développement, sur les réformes en matière de propriété foncière et les transactions foncières commerciales à grande échelle, ainsi que sur les conditions de travail informel. Ses publications comprennent un ouvrage co-dirigé (avec Pamela Golah) Land Tenure, Gender and Globalisation: Research and Analysis from Africa, Asia and Latin America (Zubaan, 2010) et un numéro spécial de Feminist Africa co-dirigé (avec Dede Esi Amanor Wilks) et portant sur la terre, le travail et les moyens de subsistance des femmes (2009).

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !